Элана

ELANA, la Chanteuse frappée par la grâce artistique

Correspondant français à Nice
JOURNAL QUÉBEC PRESSE
NICE — 
Le mardi 8 juin 2010

La grâce artistique a soudain frappée cette belle femme 

Samedi 5 juin 2010, à 17 heures, je rencontre, à la Maison de Russie, avenue Cyrille Besset à Nice, la Chanteuse ELANA (retenez bien ce nom, car il est synonyme de futur succès !), qui est venue donner, en France, un de ces premiers récitals, sur le plan international.


Le premier contact est tout de suite très sympathique, et malgré quelques petites difficultés de compréhension, mais toujours avec un sourire charmant, Elana raconte sa personnalité !


Elana se raconte

Il y a encore huit ans, Elana était une manager dans un grande hôtel de Saratov (ville russe de près d’un million d’habitants, située sur la rive droite de la Volga).

Quand soudain une nuit, elle a une révélation.

Une voix (me dit-elle), lui demande de se consacrer dorénavant à la culture artistique. Mais comment faire, elle qui ne se reconnait aucune formation en la matière.

Qu’importe, elle s’adaptera ! Elle quitte son emploi et se met à écrire des poèmes. Puis l’envie lui vient de mettre en musique ces poèmes qui sont des coups de cœurs pour elle.


Inventive, elle met au point son propre solfège

Ne connaissant pas les arpèges, elle invente un système qui lui permettra d’écrire sa musique et ses chansons. C’est ainsi que sur un cahier, elle trace des lignes censées  représenter les diverses cordes de sa guitare, et notera ensuite les pincements successifs de ces cordes ! Astucieux, non ?

Un peu comme au Moyen-âge !


À ma question de savoir si l’État Russe subventionnait ses artistes, elle me répond par la négative, les subventions ne sont pas attribuées à des artistes indépendants.

Mais cela lui donne en contrepartie la possibilité d’écrire la musique qu’elle veut, en toute liberté. 


Elle s’adonne aussi à la peinture, et expose certains tableaux ! Une artiste très éclectique en résumé. Elle a d’ailleurs dessiné la pochette de son nouveau C.D.


Elle compose ses propres musiques

En 2003, elle qui chantait les chansons des autres, se met à composer ses musiques. Elle entame de multiples formations  nécessaires à son art. Elle crée en 2004, le studio REKA  qui devient vite un centre culturel où se produisent entre autres des jeunes artistes, mais aussi qui donne des concerts, des soirées musicales .

Le Ciel sur sa route

L’envie lui vient de traduire ses chansons en français et, elle le fera, dans un premier temps, en utilisant un dictionnaire. Mais l’expérience ne la convainc pas. Une  traduction rigoureuse retire à la mélodie, le charme des rimes.

Là encore, le Ciel lui vient en aide en lui offrant une rencontre avec un  attaché culturel de L’Alliance française qui lui proposera ses services, à sa plus grande  satisfaction.

Et le succès petit à petit se développe.



La tournée…

En 2008, elle part en tournée : Volgograd, Nijni-Novgorod, Kaluga, etc. …

Avril 2008, onze chansons d’Elena  accompagnent la première du spectacle  de G. Kolessnikov «Une fille et un centaure» qui sera donné au théâtre dramatique d’État de Tambov.

Enfin, vint l’heure de sa représentation, ce samedi cinq juin dans une petite salle de la Maison de Russie devant une trentaine de spectateurs, « des élus » précisera la Directrice de l’association France-Russie.


La modernité

au rendez-vous

Elana interprétera des chansons tirées de son spectacle «Quand je parle à voix haute». Elle entame son tour de chant par des titres en français : «Où es-tu ? », «Tu ne connais rien de ma langue», « Une berceuse », «Le Tango russe », « Bon appétit », suivies  d’autres chansons, dans sa langue natale.

On s’attendait peut être à entendre des chants folkloriques russes ! Mais point du tout.

 

Nous avons droit à toutes les musiques modernes, dans lesquelles, elle donne libre-court à toutes ses émotions, ses sentiments.

Mais quel que soit le langage, avec ou sans guitare, l’artiste est toujours là, très à l’aise parmi son public, et pas du tout guindée : yeux rieurs, sourire délicat, grâce de la gestuelle, très belle voix. Inutile de préciser que chaque interprétation de chanson est suivie d’applaudissements très nourris.


«Citoyenne d’honneur» de Montmartre

À la fin de son tour de chant, Elana nous indique que récemment en tournée à Paris elle avait faite « citoyen d’honneur de la Communauté de Montmartre » (haut lieu de la bohème française), distinction dont elle se sent très fière !

Et « cerise sur le gâteau », la Directrice de l’Association précisera qu’Elana devait se produire à nouveau à Nice, cet automne et, cette fois-ci, dans une grande salle, au centre de la ville.

Merci Elana pour ce très bel après-midi.